La sépulture de Franz Stock

15 Juin 1963 – La sépulture de Franz Stock est transférée à Chartres

Télécharger le panneau de l’exposition CIFS-8-Exposition Rechevres-La sépulture de Franz Stock est transférée à Chartres

L’exhumation des restes de l’abbé Stock eut lieu au cimetière de Thiais le jeudi 13 juin 1963, en présence des membres du Comité Franz Stock et de nombreux représentants de divers mouvements de la Résistance. Les ossements furent déposés dans un nouveau cercueil, l’ancien restant en terre.

Le monument funéraire, offert par les familles des anciens prisonniers et fusillés français, reconnaissantes, avait déjà été enlevé et transporté à Chartres.
Une nouvelle pierre tombale rappelle actuellement dans le cimetière de Thiais que l’abbé Stock y a reposé durant douze ans.

Le samedi 15 juin à 18 heures, le fourgon mortuaire s’arrêtait devant l’église de Rechèvres.

Le cercueil de l’abbé Stock fut ensuite porté vers la chapelle dédiée à Notre-Dame de la Paix, où la tombe avait été préparée. Le soir, en présence des siens et de ses amis les plus proches, l’inhumation définitive eut lieu dans le caveau qui avait été préparé près de l’autel de la Vierge.

Franz Stock était de retour à Chartres.
Le 15 juin 1963 était ratifié le traité de Paris pour l’amitié franco-allemande. Français et Allemands étaient unis au coude à coude dans une commune admiration pour ce prêtre, ce médiateur entre deux peuples.

DSO28-085-1302-STJB-1271

La mosaïque de Gabriel Loire dans la chapelle de Franz Stock 

Franz Stock et Gabriel Loire, nés la même année, en 1904, ne se sont jamais rencontrés, et pourtant des liens communs les unissaient : Gabriel Loire, qui avait fondé, en 1946, à Lèves, près de Chartres, un atelier de vitrail, entretenait d’étroites relations de travail avec le futur Monseigneur Jean Rodhain, fondateur du Secours Catholique.

Tous les deux étaient liés d’amitié avec l’abbé Georges Le Meur, avec l’évêque de Chartres, Mgr Harscouët et son secrétaire personnel, le chanoine André. L’abbé Le Meur soutiendra l’abbé Franz Stock dans sa lourde tâche de direction du séminaire des Barbelés, et, en 1951, trois ans après sa mort, s’occupera de sa tombe, menacée d’abandon au cimetière de Thiais, jusqu’à son transfert dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres, avec l’aide du père mariste René Closset, curé de la paroisse.

En 1996, Mgr Jacques Perrier, alors évêque de Chartres, confia à Gabriel Loire la mission de décorer la chapelle et la tombe de Franz Stock, qui étaient restées sans décor depuis 1963, pour créer une ambiance plus lumineuse, porteuse d’espérance, comme le précisera le programme de la commande. Ce sera l’une des dernières créations de Gabriel Loire, mort en décembre 1996.

La mosaïque

Elle fut réalisée de 1997 à 1998 par Bruno Loire, petit-fils de Gabriel Loire, selon le carton d’origine, dessiné en 1996, et inaugurée le 1er mars 1998 à l’occasion du 35e anniversaire de l’installation de la sépulture de Franz Stock à Chartres, en présence du chancelier allemand Helmut Kohl, de l’évêque de Chartres, Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, de Mgr Jacques Perrier, ancien évêque de Chartres, et de Theresia Stock, sœur de Franz Stock.

Les tesselles utilisées sont en pâte de verre de Venise, marbres blancs, gris et noirs, pierre de Berchères et quelques ors, selon la technique de pose directe sur un lit de résine époxy, qui permet des effets de matière et de reliefs importants.

L’œuvre est conçue comme un triptyque dont les trois panneaux, évoluant sur les trois pans de mur qui entourent la tombe de Franz Stock, sont reliés entre eux par le graphisme et les couleurs.

Le panneau de gauche évoque de façon sobre le monument érigé en l’honneur de Franz Stock dans sa ville natale de Neheim (Rhénanie du Nord-Westphalie), en reprenant ses barres verticales et horizontales, lesquelles, traversées par des fils de barbelés blancs, rappellent les poteaux d’exécution et les camps des prisonniers de guerre en même temps qu’un champ de ruines.

Dans la mosaïque centrale, ces fils barbelés se poursuivent pour tresser autour du tronc d’un puissant d’un arbre de vie, qui semble sortir de la tombe, une couronne d’épines blanches, étroitement liée à ses branches. D’un côté, cet arbre est tordu et comme brisé par une lourde charge, et de l’autre, il est plein de vigueur et d’exubérance, s’épanouissant dans sa frondaison en de lumineuses ramures, surmontées par une étoile symbolisant l’astre solaire, la lumière divine. Les tesselles d’or répandues dans la cime de l’arbre peuvent être interprétées comme autant de fruits que porte cet arbre d’espérance, d’étincelles d’étoiles tombant du ciel.

Le panneau de droite montre le Christ sur la Croix avec la Vierge et l’Apôtre saint Jean. La scène du Golgotha évoque la souffrance dont Franz Stock fut délivré, mais aussi le passage vers une nouvelle vie.

 

chartres-tombe-Franz-Stock

Le vitrail en dalle de verre

Conçu par Gabriel Loire 1996 et réalisé en dalle de verre par les ateliers Loire, en 1998, le vitrail est destiné à accompagner en lumière la mosaïque sobre, toute en dégradés de gris, passant du blanc au noir. Elle contribue à créer une atmosphère chaude et lumineuse, semblant annoncer par sa tonalité jaune-or la lumière de la Résurrection.

tombe Franz Stock Vitrail